English version here :

Anouk Durey English bio.pdf

Petite biographie...

... et éléments du puzzle
 
Un père originaire de Tunisie, une mère franco-chinoise... Naissance à Tunis... Souvent, j'ai pensé que ce métissage explique mon goût pour les voyages au sens propre, et le   « voyage immobile »
à la Pessoa !
 La poésie est mon premier univers - j'ai publié de nombreux textes, assez jeune, dans "Filigranes", une revue que je salue et remercie. Les cinq sens déployés par-delà les frontières. Ayant un frère cadet aveugle de naissance, j'ai appris à voir et regarder autrement... Immersion, toute petite, dans une poésie sensorielle mais très concrète en même temps : comment expliquer - traduire - les couleurs du monde, les formes, l'espace à un non-voyant ? Les clichés ne fonctionnent pas. 
 
La langue française, et les langues de manière générale, me passionnent. L'anglais est ma deuxième langue maternelle et, pour mieux l'appréhender, je suis devenue lexicographe angliciste : chez Larousse, et à Umist, l'une des deux grandes universités de Manchester, en Angleterre. La confrontation avec les normes linguistiques m'a invitée à une déconstruction textuelle... laquelle m'a amenée, par la suite, à écrire différemment.  
Depuis longtemps, free-lance dans l'édition, je suis aussi traductrice-adaptatrice d'anglais. Aimant transmettre, j'ai également été journaliste radio, professeur d'anglais, formatrice de français langue étrangère... A présent, je suis formatrice en écriture créative (ou en création textuelle, tout dépend dans quel sens on définit les termes !) Après une formation spécifique à l'animation d'ateliers d'écriture, j'ai co-fondé l'association Dixit... Et à ce jour, cette aventure collective des mots partagés se poursuit.  
 
J'ai plongé dans l’écriture pour la jeunesse en quêtant une bouffée d’air... bien avant d’être mère. A une poète reconnue qui, mi-figue mi-raisin, me dit un jour : "Alors, quand écrirez-vous des choses sérieuses ? " (comprenez "pour de grandes personnes"), j'aurais pu répondre, reprenant les paroles d'Elisabeth Brami : "Mais j'écris déjà pour de grandes personnes... La littérature jeunesse, c'est de la littérature vieillesse moins les rides."