Poésie et hasard n°3

Le hasard de cet instant m'invite à la page 41 d'Emergences-Résurgences d'Henri Michaux (Champs-Flammarion, 1972) :

"Je ne délibère pas. Jamais de retouches, de correction. Je ne cherche pas à faire ceci ou cela ; je pars au hasard dans la feuille de papier, et ne sais ce qui viendra. Seulement après en avoir fait ces quatre ou cinq à la suite, parfois je m'attends à voir venir par exemple des visages. Il y a des visages dans l'air. De quel genre ? Aucune idée.

...

Mais après des mois, des semaines, si je les regarde...

Non, je ne veux pas faire le détective.

L'oeuvre doit rester le "black vox". Vivante ou pas. C'est tout. Si elle ne l'est pas, au panier!

Le problème de celui qui crée, problème sous le problème de l'oeuvre, c'est peut-être - qu'il en ait fierté ou bien honte secrète - celui de la renaissance, de la perpétuelle renaissance, oiseau phoenix renaissant périodiquement, étonnamment, de ses cendres et de son vide."